tv news 30

Bonjour à tous les amis des félins et voici la vingt-sixième édition de votre journal consacré aux actualités félines dans le monde.

Au sommaire de cette émission :

 

 

ACTUALITES :

En inde, une famille de tigre déloge un village

Deux cents animaux dont des tigres et des lions sauvés du trafic en Thaïlande

Sur les traces du lynx dans la vallée du Dessoubre

 

FAITS DIVERS :

Adoptez un chat noir

Un chat prédit la rupture d'anévrisme de sa maîtresse et la sauve

Il porte plainte après retrouvé son chat brûlé

 

BD :

Katz Vs Maus

 

VIDEOS :

Une lionne donne naissance à deux tigrons

Des chats qui parlent sur un chewing-gum

Ce chat boit au robinet et se lave la tête

Une amitié entre un rat et un chat

A street cat named Bob

 

 

 

 

ACTUALITES :  

En inde, une famille de tigre déloge un village

Plus de 350 habitants ont quitté leur village d'Umri dans le Rajasthan, pour laissetplace aux tigres menacés d'extinction. Ce déménagement peu ordinaire a été facilité par les autorités indiennes, qui ont proposé aux 85 familles des compensations financières et des terres cultivables dans un autre village situé à une quarantaine de kilomètres. "Elles ne possédaient aucun titre de propriété et vivaient essentiellement de l'élevage. Les offres ont été jugées très attractives",souligne Raghuver Singh Shekhawat, l'un des responsables du parc naturel Sariska, où habitaient les villageois. Chaque famille déplacée va ainsi recevoir entre 9 000 et 18 000 euros de compensation, et pour certaines d'entre elles jusqu'à trois hectares de terre.

La survie des tigres, dont la moitié de la population mondiale se trouve en Inde, est menacée par la réduction de leur zone d'habitat. Pour la première fois, le ministère indien de l'environnement a annoncé, en 2011, une augmentation de leur population. Ils ne seraient toutefois que 1 700, loin encore des 100 000 recensés il y a un siècle. "La population des tigres augmente, alors que leur habitat est menacé par les constructions et les exploitations minières illégales",déplore Dharmendra Khandal, responsable de l'ONG Tigers watch, basée au parc naturel de Ranthambore qui abrite 43 tigres, alors qu'il ne peut en contenir que 30. Les félins sont donc plus nombreux à sortir de leurs réserves, menaçant les habitants aux alentours et leurs troupeaux. En 2010, ils ont tué 25 villageois. Et, pour se protéger, les habitants empoisonnent les tigres.

Lemonde.fr

 

 

 

Deux cents animaux dont des tigres et des lions sauvés du trafic en Thaïlande

Les autorités thaïlandaises ont saisi plus de 200 animaux vivants dont des tigres, des lions, des panthères et d'autres espèces en danger au cours d'un raid contre un réseau de trafiquants, a indiqué la police jeudi. "Le propriétaire ne peut fournir de documents légaux pour les cinq tigres, donc il est poursuivi pour violation de la loi sur la protection et la préservation de la faune sauvage", a indiqué le lieutenant-colonel Adtapon Sudsai, officier de la police de protection de la nature. D'autres vérifications étaient en cours pour les autres animaux dont treize lions albinos, deux orangs-outans, deux pandas, quatre flamants et deux chameaux. Yutthasak Suthinan, 52 ans, est passible de quatre ans de prison.

La Thaïlande est considérée comme une plaque tournante du trafic des espèces protégées en Asie. Certains grands marchés de Bangkok, notamment, sont réputés pour pouvoir fournir n'importe quel animal pourvu que l'acheteur puisse payer. Le groupe de protection animale Freeland Foundation, citant la police, a précisé que le trafiquant faisait partie d'un réseau important des animaux d'Afrique et d'ailleurs, avant de les faire se reproduire pour alimenter une forte demande. Cette saisie, effectuée dans la province de Saraburi (est), est la conséquence d'un raid effectué à Bangkok en février, au cours duquel quatre individus avaient été surpris en train de dépecer un tigre. Des restes d'éléphants, de zèbres, de gnous et de lions avaient été retrouvés, ainsi que de la viande conservée en congélateur, vraisemblablement destinée à des restaurants.

BANGKOK AFP – 8 mars 2012

 

 

Sur les traces du lynx dans la vallée du Dessoubre

lynx desoubreLe lynx était naturellement présent dans nos forêts jusque dans les années 50, y compris en plaine. Puis il a été exterminé par l’homme qui voyait en lui un concurrent en tant que prédateur de gibier. Depuis, la biodiversité a peu à peu fait son apparition dans les discours officiels, et là où il restait quelques individus, en Suisse en particulier, il a été protégé. « De nouveaux lâchers ont alors eu lieu dans les années 70 chez nos voisins helvètes », explique Stéphane Reggazzoni, de l’Office national de la chasse et la faune sauvage, avant de poursuivre en souriant : « Mais les lynx n’ont pas vu les bornes frontières ». De fait, l’animal s’est aussi réinstallé sur le territoire français.

Protégé également en France par la loi sur la protection de la nature de 1976, le lynx a lentement repris la place qui était la sienne dans nos forêts, se reproduisant en toute quiétude pour enfin redevenir une espèce viable. Les autorités suivent cette évolution via un réseau de professionnels et associations qui récoltent des données sur le terrain. Tout le monde sait donc que ce « gros chat » de 70 cm au garrot pour une vingtaine de kilos est bien présent dans notre environnement. « Il y a une trentaine d’individus identifiés dans le Doubs », précise le technicien. « Le lynx vit, et donc se nourrit, sur un territoire précis. Une femelle, par exemple, a besoin de 15 000 hectares, soit environ le périmètre de quinze communes. Le mâle, quant à lui, évolue sur un secteur deux fois plus important et chapeaute donc deux zones occupées par des femelles. Au final, sur 30 000 hectares, on a deux femelles et un mâle », explique-t-il. Et chacun va prélever cinquante à soixante chevreuils ou chamois dans l’année. D’où un sentiment mitigé chez les chasseurs qui y voient un concurrent redoutable dans la prédation de gibier. « La question est celle de la priorité : faut-il laisser la nature faire son œuvre et laisser à l’homme la part restante à prélever… ou l’inverse ? » questionne Stéphane Reggazzoni. Un débat loin d’être tranché, mais qui mérite d’être posé.

En tout cas, le lynx ne fait pas autant polémique que le loup, car lui n’attaque que très rarement les chèvres et moutons. « Juste une poignée de cas par an », souligne le spécialiste, qui poursuit : « Pas d’incidents non plus entre le lynx et l’homme. C’est un animal discret mais aussi au comportement surprenant. Si vous le croisez, il ne va pas fuir mais va s’arrêter et vous fixer avec beaucoup d’assurance ». Avant de conclure : « Il n’attaque donc pas l’homme, pas plus d’ailleurs qu’il ne grimpe aux arbres pour chasser ! »

Lepays.fr

 

 

   

 


 

 

 

FAITS DIVERS :   

Adoptez un chat noir

La Société protectrice des animaux d'Ottawa pourrait mettre sur pied une campagne encourageant les gens à adopter les chats noirs qui, selon elle, languissent souvent plus longtemps dans les refuges. «Les animaux de couleur foncée ont tendance à rester plus longtemps au refuge, a affirmé Eileen Barak, de la Société protectrice des animaux d'Ottawa. Ce ne sont certainement pas ceux qui attirent le plus l'attention.» Les gens sont nerveux, superstitieux ou ont des préjugés envers les chats et les chiens noirs, selon l'organisation. À tel point que le refuge a organisé une remise de prix, les «Acatemy Awards», pour encourager l'adoption des chats noirs et considère également d'autres options afin de briser les préjugés quant aux animaux de couleur foncée.

La Société protectrice des animaux d'Ottawa estime qu'environ la moitié de ses quelque 50 chats offerts en adoption sont entièrement ou presque entièrement noirs. La Société protectrice des animaux de Winnipeg a quant à elle lancé «le club des chiens noirs» pour mettre fin à la «discrimination» des chiens noirs, perçus à tort comme plus agressifs par les familles adoptives. Cette initiative offre des rabais sur la marchandise aux gens qui adoptent des chiens noirs.

Fr.canoe.ca

 

 

 

 

Un chat prédit la rupture d'anévrisme de sa maîtresse et la sauve

chat-sauve-maitresse-anevrismeJanet Batten, de la petite ville de Toms Brook aux Etats-Unis était perplexe quand son chat Noah de 6 kilos a eu un intérêt pour sa tête. « Il était constamment autour de ma tête et s’attardait sur le côté droit en reniflant autour de mon œil, de mon nez » déclare Janet. « Parfois il insistait vraiment en me poussant avec sa tête. » « Après avoir fait ça, il s’asseyait et me fixait avec un regard que je ne lui connaissais pas et faisait un bruit qu’il ne faisait jamais habituellement. J’ai commencé à me demander si je n’avais pas un problème et je suis devenue méfiante. »

Puis Janet a eu un problème à l’œil alors elle est allée consulter un docteur et un ophtalmologiste. Mais ni l’un ni l’autre n’ont décelé de problème. Mais six mois après les « avertissements » de Noah le chat, Janet a souffert d’une petite attaque. Un scanner a révélé qu’elle souffrait d’un anévrisme cérébral. Depuis qu’elle a été soignée, Noah le chat ne l’embête plus. « Il tentait de me dire qu’il y avait quelque chose de pas net dans ma tête » affirme Janet.

Les facultés de diagnostic de Noah le chat ont été reconnues par les vétérinaires et il a reçu le prestigieux titre d’animal héroïque. Le docteur vétérinaire à l’origine de cette nomination est tout simplement celui qui suit Noah. « D’habitude, ce sont des chiens qui reçoivent ce prix, mais Noah le chat a clairement averti sa maîtresse qu’elle avait un problème de santé » avance le vétérinaire.En plus de friandises supplémentaires, Noah le chat est récompensé car il sait que grâce à lui, sa maîtresse est toujours à ses côtés.

Wamiz.com

 

 

Il porte plainte après retrouvé son chat brûlé

chat bruléIl aura suffi d'un acte pour raviver le débat. Les actes de maltraitance sur les animaux ne faiblissent pas en pays d'Arles. Dans le hameau paisible de Raphèle, Eric Revechant a eu la douloureuse surprise de découvrir Noiraute, sa "minette", le visage brûlé à 80 % et les coussinets ensanglantés. "Elle avait disparu depuis cinq jours. Mon épouse l'a ensuite retrouvée un matin près de l'abri que nous avons construit, brûlée, avec une odeur nauséabonde", souligne le Raphélois.
Si l'acte est condamnable pénalement, le geste est d'autant plus "répugnant". "Nos animaux, nous les soignons, nous dépensons sans compter malgré nos petits salaires, alors quand je vois qu'on l'a jetée au feu...", s'indigne-t-il. Noiraute a été stérilisée et tatouée il y a quelques mois par l'école des chats. Les époux Revechant en sont nourriciers. "Elle est sauvage. Elle ne serait pas allée vers quelqu'un". L'étendue et la localisation des blessures "prouvent bien qu'elle a été jetée", peste le propriétaire. Aujourd'hui Noiraude est sédatée. Son pronostic vital n'est pas engagé. En colère, il ne tolère pas "cet acte odieux". "S'en prendre aux animaux est inhumain", poursuit-il. Eric Revechant a tout de même déposé plainte.

Les maltraitances sur les chats sont "fréquentes". "Et encore, je vous parle des cas dont nous avons connaissance. Imaginez ceux qui passent à l'as", déplore-t-elle. La bénévole maintient également la nécessité de déposer plainte. "Une main courante en gendarmerie est utile pour que les personnes voient que ça sent le roussi et elles se mettent en sommeil", relève-t-elle. Les statuts de la structure mentionnent que les bénévoles sont habilités à déposer plainte en cas de maltraitance.

Laprovence.com

 

 

 




BD :

Katz Vs Maus

katzFlammarion assignait hier, devant le Tribunal de Paris, l’éditeur belge La Cinquième Couche pour contrefaçon. Objet de la plainte : le mystérieux album "Katz" imprimé à 800 exemplaires et détournement du fameux "Maus" d’Art Spiegelman. La bande dessinée de ce dernier a été reproduite dans son intégralité par l’auteur anonyme de "Catz" à ceci près que tous les personnages ont été remplacés par des chats : exit donc les souris juives, les cochons polonais, les chiens américains et les grenouilles françaises... Le mystérieux auteur a voulu ainsi montrer, explique le quotidien Le Soir, "qu’en faisant du juif une proie pour le chat nazi, "Maus" entretient l’image de la fatalité. L’essence d’un chat, c’est d’être prédateur. L’essence d’une souris, c’est d’être un rongeur parasite. L’artiste sans nom ne conteste pas que Spiegelman a utilisé l’imagerie nazie, selon laquelle les Juifs n’étaient pas humains, pour muscler la critique de la Shoah. Mais en dessinant des têtes de chats aux Juifs, aux Allemands comme aux Polonais, "Katz" veut souligner que dans la réalité, il n’y a aucune répartition naturelle des rôles". Cette interprétation n’a pas convaincu Flammarion qui estime que si "Katz" est bien une "œuvre de l’esprit", il n’est "ni une analyse, ni un pastiche" mais "une violation des droits d’auteur", créant en outre une "confusion" avec l’œuvre originale de Spiegelman.

Toutenbd.com

 

 

 

 

 

 

 

VIDEOS :  

Une lionne donne naissance à deux tigrons

 

 

Des chats qui parlent sur un chewing-gum

 

 

Ce chat boit au robinet et se lave la tête

 


Une amitié entre un rat et un chat

A street cat named Bob

Tag(s) : #Bibi's Breaking News