tv-news-40

Bonjour à tous les amis des félins et voici la quarante-huitième édition de votre journal hebdomadaire consacré aux actualités félines dans le monde. 

Au sommaire de cette émission :

 

 


       NEWS :

Il installe des ralentisseurs après la mort de son chat

Cinq indonésiens réfugiés dans un arbre pendant trois jours pour échapper aux tigres

La police à la recherche d'une panthère noire à Toulon

 

     VIDEO DE LA SEMAINE :

Demain !

 

 

 

 

 


NEWS :

Il installe des ralentisseurs après la mort de son chat

Après que son petit chat  a été percuté et tué par un chauffard roulant à toute allure, un particulier a installé devant son domicile, en Gironde, des ralentisseurs. Mais cette initiative était en fait illégale.

Le 14 mai dernier, le petit chat de Noël et de son fils Mitch, 14 ans, est mort percuté par un chauffard qui roulait à très vive allure sur la route bordant leur domicile, à Arveyres (Gironde). C’en est trop pour Noël, qui évoque également un autre accident entre deux voitures, au même endroit, quelques mois plus tôt. L’homme décide alors d’installer des ralentisseurs devant chez lui. Il respecte bien la réglementation en vigueur, à savoir la matière des ralentisseurs (du caoutchouc) et leur hauteur (5 cm, pour ne pas abîmer les véhicules). Il installe également des panneaux de signalisation dans les deux sens de circulation.

Mais cette initiative n’a pas été du goût de la gendarmerie, qui a annoncé à Noël que ce qu’il avait fait été illégal. « Ils m’ont dit que je n’avais pas le droit de faire ça sur la route, alors j’ai tout démonté et j’ai même rebouché les trous de fixation » a expliqué l’homme au journal Sud-Ouest. Pourtant, pour l’homme, il n’y avait dans son projet aucune mauvaise intention : « J’ai juste agi en responsable de famille, pour protéger mes proches, mes amis… »

Mais Noël n’a jamais eu l’autorisation pour installer ralentisseurs et panneaux sur la voie publique. « Mi-mai, j’ai contacté des élus d’Arveyres, qui m’ont dit que c’était une route départementale, alors j’ai appelé les services de l’Équipement, en vain. C’est là que j’ai acheté les ralentisseurs, que j’ai payés moi-même. Je ne veux pas envoyer la facture à la mairie, je veux seulement qu’on les remette en place, pour la sécurité de tout le monde ici », explique-t-il à Sud-Ouest.

Noël attend désormais les réponses de la mairie et de la sous-préfecture pour l’installation des ralentisseurs. Une pétition des autres riverains de la commune a reçu une vingtaine de signatures, en faveur de l’initiative de Noël.

 Direct-matin.fr 

 

 

 

Cinq indonésiens réfugiés dans un arbre pendant trois jours pour échapper aux tigres

Cinq Indonésiens étaient coincés dimanche dans un arbre depuis trois jours, et risquaient d'y rester encore un bon moment, par des tigres qui ont tué un de leurs compagnons, après qu'ils eurent par erreur tué un bébé tigre, a annoncé la police.

Dimanche, quatre tigres tournaient toujours autour de l'arbre où s'étaient réfugiés les cinq hommes, et les secours pourraient mettre encore deux ou trois jours à les délivrer, a précisé la police. Les confrontations entre l'homme et les animaux sauvages sont de plus en plus nombreuses en Indonésie, à mesure que la déforestation réduit l'habitat de ces derniers, mais ce sont généralement les animaux qui sont les victimes en cas de combats. Les hommes étaient entrés mardi dans une partie reculée du parc national du Mont Leuser, dans le nord de l'île de Sumatra, pour chercher du bois à encens très rare, a précisé à l'AFP le chef de la police locale, Dicky Sondani. "Ce bois vaut très cher (...), mais ils prennent des risques, car ils doivent aller dans les parties les plus reculées du parc, où il y a beaucoup d'éléphants et de tigres", a-t-il expliqué. Les hommes ont mis en place des pièges pour attraper des cerfs ou des antilopes pour se nourrir, mais c'est un bébé tigre qui est tombé dans un des pièges et a été tué, a-t-il raconté.      

Les tigres adultes ont alors attaqué les hommes, et tué l'un d'eux, âgé de 28 ans. Les autres se sont réfugiés dans un arbre. "Il y a toujours quatre tigres autour de l'arbre", a-t-il ajouté. Une trentaine de personnes, dont des policiers et des soldats, sont partis samedi pour aller secourir les hommes, après que des villageois qui les avaient vus eurent signalé le cas. Mais ils mettront deux ou trois jours à les atteindre, a précisé M. Sondani. "Si les tigres sont toujours là, il faudra les abattre ou les endormir pour délivrer les hommes", a-t-il expliqué. L'écosystème de Leuser abrite quelque 5.800 des 6.600 derniers ourangs-outans de Sumatra, ainsi que des éléphants et des tigres, mais est menacé par l'exploitation forestière et la déforestation pour les plantations d'huile de palme. Le tigre de Sumatra est le plus petit de la planète. Il n'en reste que 400 à 500 à l'état sauvage.

Rtl.be

 

 

La police à la recherche d'une panthère noire à Toulon

Un ou plusieurs félins auraient été aperçus sur les hauteurs de Toulon. La police s'apprête à dépêcher un hélicoptère sur place.

Des patrouilles de police  étaient en cours jeudi près de Toulon  pour tenter de repérer une ou deux panthères noires , à la suite de signalements de la population. La police nationale réalise des patrouilles dans le secteur de Pomets entre Toulon et la commune du Revest-les-Eaux, indique la Préfecture du Var. Une bête aurait été aperçue une première fois dimanche par des habitants, avant de réapparaître mardi soir et ce mercredi après-midi, selon Var Matin.  
Si le zoo du Mont Faron, situé non loin, a indiqué ne pas avoir enregistré une quelconque fuite de ses félins, son chef animalier, Jean-Pierre Georges, qui s'est rendu sur place, a en revanche relevé la présence d'une trace. "Cela ne fait aucun doute, il s'agit d'un félin, probablement une panthère  noire. C'est certain car les traces sont facilement identifiables, les félins possèdent des griffes rétractables, contrairement aux chiens. Or dans la trace que j'ai pu voir sur le sol, il n'y avait que les trous formés par les coussinets et pas de marque de griffes ", a-t-il déclaré.

La police attend un nouveau témoignage pour "déclencher immédiatement un hélicoptère afin de survoler la zone ", a annoncé la Préfecture du Var.

Lci.tf1.fr 

 

 

 

VIDEO DE LA SEMAINE :

Demain !

Tag(s) : #Bibi's Breaking News