tv-news-40

Bonjour à tous les amis des félins et voici la soixante quatrième édition de votre journal consacré aux actualités félines dans le monde, hebomadaire en théorie. 

Voici les news que j'ai sélectionné pour vous cette semaine.

Au sommaire de cette émission :

 


       NEWS :

Euthanasier une girafe ou des lions en bonne santé, est-ce normal ?

Quand les puissants Chinois dépècent des tigres pour le plaisir

 

 

VIDEO:

Bane Cat

 

 

 

 


NEWS : 

Euthanasier une girafe ou des lions en bonne santé, est-ce normal ?

Les internautes amoureux des animaux s'indignent à nouveau. Après avoir euthanasié en février Marius, un girafon en parfaite santé, le zoo de Copenhague récidive. L'établissement annonce avoir abrégé la vie d'une famille de lions, deux adultes et deux lionceaux, pour faire place à un nouveau venu.

Le phénomène n'est pas inhabituel. Dans les zoos européens, entre 3 000 et 5 000 animaux sont euthanasiés chaque année, "du têtard à la girafe", dont "quelques centaines" de grands mammifères, expliquait à la BBC (en anglais) la directrice de l'Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA). La chaîne britannique a ainsi retrouvé le cas de cinq girafes, euthanasiées depuis octobre 2012, quatre hippopotames en 2012 ou encore 22 zèbres entre 2000 et 2012.

Est-il normal d'abattre de telles bêtes ? Francetv info pèse le pour et le contre.

Oui, pour préserver l'espèce

Pourtant en parfaite santé, Marius le girafon a été euthanasié car son patrimoine génétique n'était pas assez original, ce qui pouvait créer des problèmes de consanguinité au sein de son espèce. "Si les gènes d’un animal sont suffisament représentés, alors sa reproduction devient indésirable", justifiait le directeur scientifique du zoo de Copenhague Bengst Holst. "Nos ressources ne sont pas infinies et nous devons donner la priorité aux animaux qui peuvent contribuer à la bonne santé génétique des populations captives", expliquait l'EAZA à CNN. "Les zoos sont avant tout des conservatoires génétiques", confirme à francetv info Rodolphe Delord, président de l'Association française des parcs zoologiques et directeur général du Zoo Parc de Beauval (Loir-et-Cher), sans pour autant partager la méthode. "La diversité génétique est primordiable pour nos populations : c'est la seule façon de pouvoir garder des espèces viables."

Non, car des alternatives existent

En France, une telle solution ne serait pas choisie, assure Rodolphe Delord : "L'euthanasie est surtout pratiquée dans les zoos du Nord." "Cette année au zoo de Beauval, nous allons accueillir quatre femelles girafes, dont une est surreprésentée génétiquement", raconte-t-il en guise d'exemple. Pas d'euthanasie prévue, mais la pose d'un implant contraceptif.

La castration des mâles est une autre possibilité : Thoiry (Yvelines) a opté pour cette solution pour éviter toute reproduction de trois jeunes lions, précise Colomba de La Panouse-Turnbull, la directrice générale du parc, dans un entretien au Monde.

 FranceTvinfo.fr

 

 

Quand les puissants Chinois dépècent des tigres pour le plaisir
vlcsnap-2014-03-28Dans le sud de la Chine, assister à la mise à mort d’un tigre semble être un spectacle très prisé des responsables politiques et des hommes d’affaires fortunés pour qui cet animal est un symbole de puissance. Des images amateurs diffusées ces derniers jours témoignent de cette pratique d’une rare cruauté. Attention, certaines images peuvent choquer.
TVS, une chaîne de télévision de la province du Guangdong, a récemment diffusé une vidéo tournée clandestinement il y a deux ans. Au cours d'une fête privée, un fauve enfermé dans une cage est exécuté par électrocution, avant d’être découpé en morceaux sous l’œil de personnalités locales venus faire l’étalage de leur fortune.
Ces images ont été diffusées alors que la police de Zhanjiang, dans la province du Guangdong,a annoncé,  dimanche 16 mars, avoir interpellé 15 membres d’un gang qui aurait tué au moins 10 tigres importés clandestinement du Vietnam au cours des dernières années. Un autre suspect, présenté comme le boucher du groupe, aurait lui trouvé la mort en tentant d’échapper à son arrestation. Les policiers ont également saisi la carcasse d’un tigre dépecé au cours de cette opération.
Les différentes parties de l’animal peuvent en effet être revendues à prix d’or sur le marché noir, les os de tigre se négociant au prix de 14 000 yuans (1 600 euros) le kilo et la viande à 1 000 yuans (120 euros) le kilo. Ce commerce illégal continue de prospérer notamment en raison des vertus que la médecine chinoise traditionnelle prête aux produits à base de tigre. L’alcool fabriqué avec les os de ce félin est ainsi considéré comme un excellent remède contre les rhumatismes et un cadeau prestigieux offert lors de grandes occasions.
D'après l'ONG WWF, le tigre indochinois est une espèce menacée d’extinction et il n’en resterait plus qu’environ 350 répartis entre la Chine, la Thaïlande, le Laos, la Birmanie et le Cambodge. Le tigre de Chine méridionale est, lui, considéré comme une espère en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature et aucun individu n’a été vu à l’état sauvage depuis le début des années 70.

 

 

 

VIDEO:

Bane Cat

Tag(s) : #Bibi's Breaking News